SOMMAIRE élèves satellite cartes Normandie pédagogie liens documents programmes actualités

 

horizon baccalauréat

Fiche méthode : l’étude de documents

par Jacques BAROT et Jean-Yves CLEACH
fiche relue et améliorée par leurs collègues du lycée François Ier du Havre
validée par Gérard Granier et Odile Denier, IPR - IA


icedot6.gif (1488 octets)

·         Remarques préalables :

Les documents (cinq au maximum) seront toujours accompagnés d’un titre général et de trois consignes, libellées dans ces termes (ou des formulations proches).

1.       Présentez les documents.
2.       Dans cet ensemble documentaire, sélectionnez, classez, confrontez les informations utiles au traitement du sujet et regroupez les par thèmes.
3.       Rédigez de façon synthétique (300 mots environ) une réponse argumentée à la problématique définie par le sujet en faisant appel, y compris de manière critique, à l’ensemble des informations tirées des documents.

Les documents - en histoire comme en géographie - seront toujours très divers :

·         Des documents iconographiques (photographies, caricatures, affiches…).

·         Des textes (ce sont - en général - les documents les plus riches).

·         Des graphiques : diagrammes semi-circulaires (« camemberts »), « bâtons », « barres », courbes…

·         Des tableaux statistiques.

·         Des cartes ou croquis.

Il est donc capital de mobiliser les méthodes permettant d’analyser et de commenter tous ces types de documents, apprises depuis la classe de seconde.

Noter aussi que ces documents doivent être étudiés de manière critique. Sont-ils fiables ? S’agit-il de sources primaires ? secondaires ? L’auteur (s’il est connu…) est-il un acteur ? Un simple observateur ? Un historien ou un géographe qui a fait des recherches poussées sur tel sujet ?

1          Lecture du libellé du sujet.

Elle est capitale, car elle va vous suggérer une problématique. Autrement dit, il s’agit de bien identifier la question centrale que pose le sujet , de montrer quel est l’intérêt de ces documents, en quoi ils peuvent nous éclairer, nous fournir des clés d’explication de tel ou tel événement (histoire), ou d’un phénomène géographique.

Il faut donc bien décortiquer le libellé, réfléchir au sens de tous les mots.

Les mots de coordination doivent être bien analysés. Attention au « et »! Il suggère évidemment un rapport entre des faits.

2          La présentation des documents. (question 1)

2.1         Consignes.

2.1.1          Interdit !

Il faut absolument éviter les présentations de plusieurs pages de type résumé I paraphrase indigeste… On ne fait jamais une présentation de documents sous forme de catalogue énumératif, dans l’ordre de numérotation des documents dans le dossier.

2.1.2          Utile !

Commencer par une phrase introductive du type « Nous avons à commenter un dossier documentaire sur le thème… ».

2.2         Fortement conseillé : commencer par la …question 2 !

On ne peut vraiment construire logiquement et rigoureusement la présentation des documents qu’après avoir répondu à la deuxième question.

Il est donc fortement conseillé de laisser la première page vierge sur sa copie (quitte à terminer la réponse en page 4), de rédiger la question 2 (tableau) sur la double page intérieure. On peut ensuite revenir à la question 1.

2.3         Comment présenter les documents ?.

Il faut indiquer brièvement la nature, les sources, les auteurs,  les dates, le contexte historique, l’idée centrale  des documents. Il ne faut absolument pas s’appesantir. La date et la nature d’un document peuvent être intéressantes (document rédigé au moment des faits, par un témoin - engagé ou pas -  ; travail d’historien ; extrait de Mémoires d’un homme politique qui se justifie...). On peut aussi parler d’un auteur, s’il s’agit d’un personnage important (en se contentant des éléments biographiques qui peuvent éclairer le dossier). En revanche, il n’est pas très intéressant de savoir que tel document est extrait de tel manuel scolaire, paru telle année, chez tel éditeur.

Vous pouvez  présenter les documents en les regroupant par types (cartes, textes, dessins, photographies etc.) -  ce qui assez formel -  ou (c’est beaucoup mieux !) en indiquant (problématique) qu’ils peuvent servir à comprendre telle ou telle question

 

En résumé, la présentation des documents doit permettre de dégager explicitement une problématique qui justifiera le choix des thèmes, transversaux à l’ensemble des documents, qui vont structurer le classement des informations dans la deuxième partie


3. L’analyse/confrontation des documents (question 2).

3.1  Un tableau à double entrée.

Même si le texte officiel qui régit l’épreuve du baccalauréat ne le précise pas, il est recommandé de répondre  sous la forme d’un tableau à deux entrées (horizontale/verticale), présenté sous la forme suivante :

 

Thème 1

Thème 2

Thème 3

Document 1

 

 

 

Document 2

 

 

 

Document 3

 

 

 

Document 4

 

 

 

Document 5

 

 

 

Il peut y avoir des cases vides dans le tableau ; mais, évidemment, chaque document apporte une information, au moins pour l’un des thèmes. Il ne peut donc pas y avoir de ligne vide. De même, si dans une colonne toutes les cases sont vides, c’est que vous avez retenu un thème hors sujet, puisque aucun des documents n’apporte la moindre information.

3. 2  Intérêt du tableau à double entrée.

Le tableau évite le risque de digression, de dérive récitative. En effet, les informations doivent être livrées par les documents, sans sollicitation abusive ; il ne faut pas leur faire dire ce qu’ils ne disent pas (ils ne sont pas un prétexte à réciter un cours). On peut citer des extraits significatifs des documents, entre guillemets, s’il s’agit de textes. Mais il faut, à chaque fois que possible, passer du fait (l’information brute) à la notion qu’il illustre, même (surtout!) si la notion n’est pas explicitement formulée par le document. La notion s’exprime souvent au travers d’un mot-clé (vocabulaire spécifique) vu en cours depuis la seconde… voire le collège.

La même notion peut apparaître dans plusieurs documents. C’est uniquement ainsi que vous pouvez donner un contenu géographique ou historique à votre devoir.

Hiérarchisez les informations du tableau, par exemple en soulignant les mots-clé.

Nombre de thèmes ?

Au minimum deux, ne pas dépasser quatre thèmes qui doivent être formalisés par un titre de colonne remplaçant dans l’exemple ci-dessus Thème 1, Thème 2, Thème 3.

Comment trouver les bons thèmes ?

Le choix des thèmes est toujours fonction des documents proposés. Il n’existe donc pas de thèmes « standard », utilisables pour n’importe quel ensemble documentaire.

Dans certains cas, les thèmes peuvent se dégager assez facilement, surtout s’ils sont implicitement indiqués dans le libellé du sujet.

Dans d’autres cas, l’identification de ces thèmes est plus difficile. Au brouillon, et jamais sur la copie, on peut alors utiliser la méthode analytique suivante :

-          Pour chaque document, sélectionner les informations relevant du sujet en les positionnant en colonne comme ci-dessous

Document 1

Document 2

Document 3

Document 4

Document 5

- information 1

- information 2

- 3, 4, ….

- information 1

-

-

-

-

-

-

-

-

-

-

-          confronter (comparer) ces informations de manière à faire ressortir celles qui appartiennent à la même « famille ». Ainsi on cherche à dégager des thèmes transversaux à au moins deux documents. C’est le cœur de l’épreuve. De la pertinence des choix des thèmes dépend largement la réussite.

-          Classer ces informations dans le tableau à double entrée évoqué plus haut.

3.3         Forme du tableau.

Attention à la présentation I Utilisez une double page entière, pour éviter les « pattes de mouche » illisibles.

Un tableau sur plusieurs pages recto-verso est totalement proscrit : il serait illisible et témoignerait d’une incapacité à sélectionner les informations pertinentes dans les documents, en liaison avec la problématique du sujet.

Un tableau sur une seule page risquerait de paraître superficiel.

4.       Réponse argumentée à la problématique définie par les sujet ou « synthèse ». (question 3)

Elle est facile à faire si le tableau a été bien fait. Une brève phrase introductive est possible mais il faut bannir une longue introduction, type sujet de composition. On peut rédiger 2, 3 ou   à la rigueur   4 parties, en reprenant les thèmes  et les informations qui ont été dégagés. On peut les remettre en perspective en s’appuyant sur des connaissances personnelles. Des citations extraites des documents ne sont pas nécessaires.

Il faut évidemment matérialiser vos paragraphes en allant à la ligne.

Une phrase de conclusion sera la bienvenue.

La consigne de longueur (environ 300 mots) ne doit pas être négligée, même si un certain dépassement est toléré. Au delà de deux pages, d’une écriture de taille moyenne, il y a danger d’être pénalisé car la réponse sera considérée comme insuffisamment synthétique.

 

téléchargez !


Vous pouvez télécharger cette fiche aux formats suivants :

Attention : les fichiers sont compressés à l'aide de Winzip 8.0. Si vous ne possédez pas cet utilitaire, vous pouvez le télécharger au préalable sur le site web de l'éditeur : http://www.winzip.com

 

     remonter d'un niveau

 
SOMMAIRE élèves satellite cartes Normandie pédagogie liens documents programmes actualités