Du Fanum Gallo Romain à la chapelle Mérovingienne

A l’emplacement du cloître, il y avait, vers la fin du Ier siècle avant Jésus Christ un petit temple en bois, probablement dédié au culte de Dieux gaulois (cette partie de la Gaule venait à peine d’être conquise par Jules César).

Maquette du temple gaulois - Musée des Antiquités.

Un siècle plus tard le temple fut reconstruit en pierre, et consacré aux dieux gallo-romains (« Fanum »).

Maquette du fanum gallo romain - Musée des Antiquités.

Probablement abandonné à l’époque troublée des quatrième et cinquième siècle (« grandes invasions ») le temple fut restauré et transformé en chapelle chrétienne au VIIème siècle.

Maquette de la chapelle Mérovingienne - Musée des Antiquités.

Ce premier édifice chrétien semble avoir servi de chapelle funéraire pour une famille de seigneurs locaux. On a retrouvé tout près de la chapelle des sarcophages, signe de richesse, groupés. S’agit-il de la famille de Baucher, ces chefs francs qui ont donné leur nom au site ?

En tout cas ces premières traces de culte chrétien dans la campagne sont représentatives des progrès décisifs que le christianisme fait à l’époque hors du milieu urbain où il a longtemps été cantonné. Les premières églises de campagne sont souvent des oratoires où les familles de nobles Francs, successeurs des maîtres des anciennes « villa » gallo-romaines et convertis au christianisme, enterraient leurs morts.

Par ailleurs, les deux grands propagateurs du christianisme dans la région (l’abbé Saint Wandrille et l’évêque de Rouen Saint Romain) sont contemporains de cette chapelle et ont eux-mêmes construit ou consacré des édifices chrétiens dans les campagnes encore « païennes » (de paganus, paysan). Pour faciliter l’enracinement du christianisme, la plupart de ces premières chapelles dans les campagnes sont édifiées, comme la chapelle funéraire de Boscherville, à l’emplacement même des anciens lieux de culte.

liste des fiches | chronologie | accueil

Dakini Project, 2007.